Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

1terreinterieur.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 19026011
La récupération de l'eau de pluie, puits, sources

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
COMMENT FAIT-ON ?

LE TOIT, LES GOUTTIÈRES

~ La qualité de la couverture du toit est importante. Il semble bien que seules les ardoises ne présentent aucun inconvénient pour la récupération de l'eau de pluie. Pour les tuiles d'argile cuite, ça dépend desquelles mais généralement, ça va. Les toitures en zinc ne devraient pas poser de grave problème non plus mais, d'une façon générale, toute toiture métallique dégagera des ions métal un peu embêtants. Par contre, le plomb est interdit, tout comme les revêtements synthétiques qui présentent, eux, des risques sérieux, ces matériaux étant instables dans le temps et pouvant contaminer l'eau récupérée. De même avec les toitures en amiante-ciment qui dispersent leurs microfibres. Quant aux tuiles bitumées, appelées quelquefois shingle, elles colorent l'eau en jaune et dispersent leurs composés aromatiques, elles aussi, au moins pendant les premières années, produits qui donnent un goût de goudron à l'eau et qui sont reconnus comme carcinogènes à forte dose. Pour finir, les bardeaux de bois semblent bien ne présenter aucun inconvénient connu. D'ailleurs, à la campagne ou dans les montagnes, les conduites d'eau que les paysans faisaient eux-mêmes étaient presque toutes en bois, qui se vermoulait avec le temps, devenait glissant et verdâtre mais toujours fonctionnel et parfaitement biotique.
 
~ Pour le trou, la tranchée et les terrassements, on peut louer une mini-pelle pour la journée. Si le sol le permet, bien sûr. Bien tracer les emplacements la veille ou la semaine d'avant. C'est quand on l'a fait pour de vrai dehors que c'est à peu près fiable. Je dis bien à peu près car la nuit porte conseil et il ne serait pas surprenant de se réveiller le lendemain en pensant que c'est de l'autre côté de la maison qu'il était encore plus futé de la mettre... En tout cas, ce n'est pas quand on a la mini-pelle en location chez soi qu'il faut  se demander où c'est qu'on creuse !
 
~ L'idéal serait des gouttières et leurs descentes en grès vitrifié, on peut rêver. L'installation des gouttières au bas de la toiture est particulière. Elles devront être couvertes d'un treillis métallique fin pour empêcher que des impuretés ne rejoignent la citerne.
 
~ Il existe dans le commerce un système spécial pour la récupération d'eau de pluie directement depuis les gouttières, une sorte de manchon ressemblant à une rape à gruyère cylindrique à l'intérieur d'un morceau de tuyau adapté à la descente de gouttière et équipé d'une sortie à brancher sur l'arrivée à la cuve. Ce manchon se pose sur chaque descente et capte l'eau par une sorte de capillarité. L'avantage est que l'eau étant filtrée dès le départ, aucune particule de plus de quelques dixièmes de millimètres ne passe. Ce système peut éviter le grillage sur les gouttières, la fosse de décantation et le gros filtre. Il est très facile à installer, juste une découpe. Il a l'autre avantage de ne pas fermer ni rétrécir le diamètre de la descente, et les feuilles, mousses et déchets partent dans l'évacuation comme d'habitude. Par contre, ces manchons de récupération n'ont qu'un rendement partiel et conviennent mieux aux régions à forte pluviométrie.
 
~ Les arrivées à la cuve seront finement grillagées pour la protéger de toute contamination par la chute d'un animal dans l'eau ou toute pollution accidentelle. Il faut équiper l'arrivée d'eau à la cuve d'un filtre capable de ralentir le flux et de le nettoyer. Il devra donc être d'assez grande capacité, un bidon de 100 ou 200 litres, dont le fond sera garni de gravier, de sable et de charbon de bois stérilisant. L'eau s'y débarrassera des impuretés et parviendra doucement à la cuve sans provoquer de remous. Ce dernier point est important car l'eau décante dans la cuve et forme une couche sédimentaire dans le fond qu'il faut éviter de remuer.



PAGES SUIVANTES :
- "Comment fait-on ? La citerne"
- "Comment fait-on ? Fabriquer sa citerne"
- "Comment fait-on ? Adduction"
- "Puits et sources"

• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- "Economiser l'eau d'abord"
- "La potabilisation et la vitalisation de l'eau"
- "L'assainissement"
- "Les toilettes sèches"
- "La phyto-épuration et autres systèmes"
- "L'eau : ressource vitale en danger"
- "Les enjeux de l'or bleu"
• • • • • • • • • • • • • • • • • •




 
Advertisement
Advertisement
Top