Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

paille01stmatremur.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 19003206
Qualité de l'air
5) L'ionisation négative :

Les plantes, par la photosynthèse, contribuent à l'ionisation négative de l'air qu'il est souhaitable de renforcer. Explication : les atomes ionisés sont une proportion normale des atomes constitutifs d'un élément chimique. Par frottement ou autre, les ions d'oxygène, ceux qui nous intéressent, ont perdu un électron et deviennent négatifs ou en ont attrapé un et deviennent positifs. Concrètement, il s'agit d'équilibrer la tendance naturelle de notre atmosphère à s'ioniser positivement à cause de la perte constante de la charge négative de la Terre vers les couches ionosphériques, précisément, chargées positivement. La différence de potentiel entre la Terre et l'ionosphère est de quatre cent mille volts et les orages montrent bien que cette différence représente des charges électriques considérables. Si bien que dans l'air naturel, il y a douze fois moins d'ions négatifs que d'ions positifs, un pour cinquante dans l'air des locaux urbains. De plus, les ions négatifs sont éphémères car ils se combinent très vite avec des atomes ionisés positivement pour recréer des molécules stables.

Mais lorsque la nature génère ponctuellement une grande quantité d'ions négatifs, nous en ressentons toujours le bienfait, près d'un feu ou parmi des plantes en croissance, par exemple. Les vagues qui se brisent sur les rochers produisent aussi des ions négatifs, comme les jets d'eau et fontaines. À la campagne ou après l'orage, les effets stimulants de l'ionisation négative deviennent sensibles. Mais c'est en montagne que l'air est le plus riche de ces charges bénéfiques. Près d'une cascade de montagne, on atteint le summum, cinquante mille ions négatifs par centimètre cube d'air contre dix ou vingt dans un air confiné, et pratiquement aucun dans un air climatisé ou pollué de fumées de cigarettes. Des variations importantes du taux d'ions négatifs dans l'air ont lieu avec les saisons, les vents secs, les cycles d'équinoxe et les phases de la Lune.

Les effets des aérions (ions aériens) sur la sérotonine ou l'hémoglobine sont mesurés et nous savons que l'absence totale d'ions dans l'air fait mourir des rats prématurément. L'ionisation est nécessaire aux métabolismes cellulaires et dans certains cas, elle a été même utilisée à des fins thérapeutiques, comme antalgique pour des grands brûlés ou pour soulager l'asthme avec un résultat prouvé. Dans les centres d'entraînement des athlètes de pays comme l'ex-urss ou l'Allemagne, on a ionisé l'air pour améliorer les performances sportives. Des tests élaborés ont été menés dans des bureaux et ont démontré que l'ionisation négative protégeait contre les grippes et les maladies respiratoires. Ainsi les arrêts de travail pour maladie étaient seize fois moins nombreux, ce qui est remarquable.

Des appareils d'ionisation artificielle sont commercialisés, avec des résultats variables. Ils ont généralement de forts effets électromagnétiques, capables d'effacer les mémoires d'ordinateurs, par exemple, et la présence de masse de métal à proximité anéantit leurs effets bénéfiques. Les procédés employés ont des inconvénients inévitables, comme l'émission d'ozone parce qu'ils utilisent des tensions électriques importantes. Parfois, ce sont des installations de grandes dimensions à recharger en eau. Actuellement, on peut aussi trouver de nombreuses publicités poussant à acquérir des lampes en sel rose qui, paraît-il, émettent des ions négatifs. À vérifier avec le temps.

La pulvérisation de l'eau est une source généreuse d'ions négatifs et l'installation d'une simple fontaine à vasque chez soi est une solution esthétique, chantante et efficace pour améliorer l'atmosphère d'un séjour. Planter des arbres à proximité de sa résidence participe à un bon équilibre ionique. Les épines de pin ou les feuilles d'arbres frottent l'air et induisent une tribo-électricité négativante très positive. Si l'on peut dire !

Nous pouvons aussi nous recharger négativement en marchant pieds nus dehors, de préférence dans la rosée du matin, et il est par ailleurs possible d'éviter notre dépolarisation intensive lorsque nous travaillons toute la journée devant un écran d'ordinateur en plaçant une plaque de cuivre reliée directement à la terre sous nos pieds nus.

 

 

 



 
 
Top