Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

maisboisordin.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 17925813
Monomurs de béton cellulaire
La mise en œuvre des blocs de béton cellulaire est rendue facile grâce à la légèreté du matériau, soit moins de quatre cents kilos au mètre cube. Un bloc pèse 17 kg environ mais il couvre une surface de mur presque double de celle d'un parpaing de ciment. Pour les carreaux de cloisons, c'est à la portée de tous, même des plus fluets. Avec un tel poids, on jonglerait presque comme Obélix chez Cléopâtre et le chantier avance rapidement. En quelques jours seulement, à deux, les murs et les cloisons sont montés. Pour une maison dont la surface des murs serait de cent mètres carrés, le poids des murs sera de onze tonnes et, en l'absence de mortier sable/ciment ordinaire, la manipulation totale est diminuée de moitié par rapport à une construction en blocs de ciment ou en briques d'argile cuite ordinaires. Le transport jusqu'au chantier passera, avec la charpente, la couverture, les équipements et tout ce qu'un chantier consomme, de neuf camions en moyenne à trois ou quatre.
 
On peut scier, meuler ou poncer les blocs. Ceci permet des découpes de détail ne nécessitant rien d'autre qu'une bonne scie. Ceci permet également le rattrapage d'erreurs et la correction de la planéité, gros avantage pour les autoconstructeurs. Les chutes peuvent être utilisées au pied du chantier ou dans un chemin, et les poussières, mélangées à la colle, serviront à faire du rebouchage. Aucun tri, aucun déchet de chantier dont la responsabilité incombe maintenant à celui qui les génère. En cas de démolition, le recyclage d'une telle maison ne porte pas d'atteinte à l'environnement car le matériau est inerte. Il peut avantageusement être utilisé dans la création de remblais car il est autobloquant et très durable.
 
L'aspect final des blocs de béton cellulaire, une fois montés, est très fini et on peut appliquer la décoration directement. Enduits et peintures à la chaux trouveront une accroche particulièrement forte, de même que les colles de carrelage. Plutôt que de plâtrer, un simple lait de chaux aérienne peut suffire pour combler les petits trous de la surface avant de peindre. On a dit que, sur le béton cellulaire, les revêtements externes ne tiennent pas bien. Ah, évidemment, si l'on parle de crépis modernes, synthétiques et à base de plastiques, il n'est pas étonnant qu'ils accrochent mal. Mais justement, ce genre de crépis, nous n'en voulons pas.
 
Advertisement
Top