Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

pergola03.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 16603307
L'Autonomie en Photovoltaïque

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
L'EAU CHAUDE SANITAIRE

Chauffer l'eau sanitaire est grand consommateur d'énergie. Il faut compter 4 petites heures avec 1100 watts pour amener 100 litres de 20 à 55°C (un cumulus de 50 litres suffirait pour prendre deux bonnes douches). Lorsqu'on est autonome en PV, l'idéal est donc de programmer l'horloge du chauffe-eau pour qu'il fonctionne entre 14 h et 18 heures, en pleine journée. Il sera rempli d'eau chaude pour les toilettes du soir. Avec un petit cumulus de 10 litres sous l'évier de la cuisine, sans horloge, capable de se recharger en une heure, on aura toujours de l'eau chaude pour la cuisine et la vaisselle, le matin comme le soir. Deux cumulus, l'un de 50 litres pour le lavabo et les douches, l'autre de 10 pour l'évier, pour être rechargés et utilisés au plus près des nécessités, c'est un facteur d'économie et de confort tout à la fois.

Pourquoi un cumulus électrique plutôt qu'un panneau solaire thermique ? Voilà une question qu'elle est très bonne ! Nous l'avons déjà un peu traitée plus haut, mais revenons-y. La réponse est simple : parce qu'on a tourné le dos à l'énergie atomique et qu'on est devenu libre de consommer toute l'électricité que l'on choisit de produire, et même d'en gâcher tiens, ceci avec l'impact sur la planète le plus faible qui soit. Et si nous préférons renoncer à un CESI (chauffe-eau solaire) pour un cumulus électrique et quelques panneaux PV en plus, c'est pour des raisons pratiques et budgétaires.

Tout d'abord, un CESI risque de manquer de soleil certains jours et, malgré son rendement qui peut être très bon (sous vide), quand il n'y a pas d'eau chaude, y'en a pas... Alors on met un cumulus spécial, dit bi-énergie, qui va stocker de l'eau et la conserver chaude grâce à une double alimentation : soit l'eau, souvent brûlante, du ou des panneaux du toit, soit l'électricité, é, é.

Pensez donc ! Pourquoi la promotion du solaire thermique est-elle telle ? Parce que c'est un gentil appareil qui économise (et ça nous fait plaisir) mais qui demande quand même à rester branché, comme les poêles à granulés, les ventilation double-flux, etc. Économisez si vous voulez mais multipliez en même temps les besoins (électro-ménagers, chauffages, circulation des fluides, réseaux informatiques) et ça revient au même. On augmente les tarifs, les abonnements, et ainsi on pourra peut-être payer les fortunes nécessaires pour réparer les énormes bêtises de ces quarante dernières années, à savoir le nucléaire. Sinon, ça ira aux actionnaires, bien entendu. Donc un CESI a un fil à la patte. Alors pourquoi pas tout électrique tant qu'à faire ? En effet, un bête cumulus ordinaire coûte dans les 200 euros tandis qu'une installation solaire thermique complète va chercher entre 3 et 5.000 euros quand même (ça dépend aussi des subventions). Ça fait entre 8 et 16 panneaux photovoltaïques de 200 Wc... On répète ça avec le chauffage de l'habitation, le frigo et les vélos électriques, et on finit par avoir les moyens d'acheter toute une superbe installation photovoltaïque fonctionnelle, très durable, ne générant aucune fumée, aucun gaz, aucun bruit, aucun déchet de fonctionnement, travaillant tous les jours et habituellement sans aucune panne.


L'ETS ET LES CHAUFFE-EAU AU POINT DE PUISAGE

Le développement d’ETS  a commencé il y a une trentaine d’années. Le produit est au point et a largement fait ses preuves, y compris en sites isolés. Il a reçu plusieurs prix et des chauffe-eau et compensateurs sont installés aussi bien chez des particuliers que dans des collectivités ou administrations. Des logements HLM en ont même été équipés dans le cadre d’un programme HQE.

Rien ne vaut de faire ses comptes. Mesurez dans un seau l’eau que vous perdez avant d’obtenir de l’eau chaude et multipliez par autant d’occasions par jour, puis par an. Avec l’ETS, l’attente et le réglage sont supprimés. Ainsi l’amortissement de l’installation peut-il se faire en quelques semaines, dans une cuisine professionnelle par exemple, et en moins de 5 ans dans tous les cas de figure, sans parler de la durée de vie de ces appareils qui est au moins triple de celle d’un chauffe-eau ordinaire.

ETS utilise de l’électricité, oui ! Mais si peu en fait, quelques dizaines de watts, qu’elle n’a pas besoin d’être nucléaire : entre cinq et dix fois moins d’électricité qu’un cumulus classique. ETS peut aussi venir en complément d’un chauffe-eau solaire, même bricolé, et sans ballon bi-énergie.

Une étude préalale est nécessaire pour chaque installation afin de tenir compte de l’existant et des souhaits de l’utilisateur car le concept ETS est une recherche de l’optimisation maximale. Ainsi, ETS propose l’utilisation d’un régulateur de débit sur les becs permettant de diviser par quatre environ le débit de l’eau avec une efficacité de mouillage accrue. Pour la douche, une douchette avec commande manuelle permet de couper l’eau pendant le savonnage et de retrouver immédiatement la même température.

Le système de commande en bout de pied (ou au poing) est constitué de deux électrovannes alimentées en douze volts (pas de danger d’électrocution), actionnées chacune par une commande ou une minuterie fixée sur le meuble de l’évier ou au sol. Ces commandes sont aisées, même sans force, et elles conviennent donc aux enfants, comme elles peuvent être placées au mieux pour des handicapés. Avantages nombreux : les mains restent libres pour ce qu’elles ont à faire et on ne perd plus de temps dans les ouvertures, fermetures et réglages. L’eau ne coule que quand il le faut, l’écoulement peut être interrompu entre chaque opération de lavage, entre chaque assiette, entre chaque feuille de salade. De plus, ne pas toucher aux robinets est un facteur supplémentaire d’hygiène et de sécurité. Concernant la minuterie, elle est plus particulièrement destinée aux cuisiniers professionnels puisqu’elle évite l’immobilisation de la personne pour les puisages (remplissage d’une casserole, par exemple).

En construction neuve, le diamètre des tubes de cuivre sera réduit pour minimiser encore les pertes thermiques. L’idée de chauffer l’eau directement au point de puisage pour éviter les pertes dans les tuyaux n’est certes pas neuve mais le concept ETS est très efficace et aucun autre système n’apporte autant de confort et d’économies.

Il existe d'autres petit chauffe-eau au point de puisage, depuis les instantanés posés sur le robinet lui-même, jusqu'au petit cumulus de 10 litres sans technologie particulière. Certains revendeurs de matériaux écologiques en proposent (Ecohabitat à Angoulème).

• • • • • • • • • • • • • • • • • •
PAGES SUIVANTES :
- Le réfrigérateur
- Profiter du jardin
- L'exemple californien
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- Le risque atomique
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ANNUAIRE :
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
 
 

 
Top