Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

1toitvegparadis.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 16603181
L'Autonomie en Photovoltaïque

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
COÛT DE L'INSTALLATION DE PRODUCTION ÉLECTRIQUE AUTONOME ET FAMILIALE

Jamais, en France, les règles de construction n'ont été aussi contraignantes. Du coup, faire le pas de l'autonomie électrique n'a jamais été aussi intéressant. On ne parle plus d'investissement à rentabiliser, comme avant. Non, c'est dès le choix de départ que l'on verra les coûts se réduire. Contrairement à il y a dix ans, il est maintenant moins coûteux de se passer d'EDF que de respecter toutes les obligations et frais dus au raccordement à son réseau. Dans le cas habituel, on va vous obliger à équiper votre maison de prises et connexion par forcément utiles, comme une prise informatique dans la cuisine et dans chaque chambre, avec le tableau "courants faibles" qui va avec. Il vous faut une ligne en 6mm2 pour le four électrique même si vous n'en voulez pas, une autre spécifique à la chaudière, une autre pour le lave-linge. Il faut une prise de courant tous les 4 m2 de séjour, il faut ci, il faut ça. Et les matériels coûtent cher, l'intervention d'un électricien aussi, la visite du Consuel aussi, la tranchée de la rue à la maison aussi, etc, etc. Une nouvelle réglementation applicable depuis 2014 rend obligatoire l'installation d'une gaine technique EDF et du nouveau compteur Linky (qui espionnera vos habitudes personnelles à des fins de surveillance et de publicité). Ça commence à faire beaucoup, le lobbying EDF/Legrand. Ils ne savent plus s'arrêter : 10.000 euros dans une installation électrique, on y est presque. Tous ces coûts, avec ceux des équipements de la maison, s'élèvent au prix d'une installation photovoltaïque autonome correcte qui, elle, aura l'intérêt majeur de vous affranchir de toute facture par la suite.

Résumons : 1.900 euros de raccordement, de compteur Linky et accessoires, 300 euros de Consuel, 1000 euros de tranchée, 900 euros de matériels inutiles (circuits informatiques, lignes spéciales), un poêle à bois et 2.500 euros de chauffe-eau thermodynamique ou 3.500 euros de solaire thermique pour la Bbio, 1.800 euros de main d'œuvre d'un électricien agréé, 800 d'installateur du chauffe-eau, tout ceci pourra être évité si, et seulement si, il n'y a pas de raccordement à l'EDF. Ajoutons les différences sur l'électroménager. On totalise 10 ou 11.000 euros de frais non indispensables ou à minimiser, à comparer à l'investissement en photovoltaïque. Plus la réglementation de l'habitat devient contraignante en terme d'équipements d'énergie, plus le passage à l'autonomie devient intéressant.

Autre chose, l'étude thermique de votre maison (Bbio) va sans doute vous contraindre à mettre un chauffage au bois, pourtant totalement inutile dans une maison passive. Autre solution : la production énergétique autonome qui vous autorise alors à employer des systèmes électriques chauffants et rayonnants. L'économie sur l'installation d'un chauffage central ou à bois tournera entre 6 et 10.000 euros mais il faut investir en isolant et en triple-vitrage  des dépenses qui pourront atteindre le même montant.

On me demander souvent : y a-t-il moyen de tergiverser, d'y aller tout doux ? Commencer en restant connecté au réseau et puis, par la suite, investir progressivement dans son autonomie ? Hélas non, ce serait dommage car, à se laisser tenter par l'expérience, il faut le faire dès le départ, pour éviter bien des frais inhérents au raccordement. Mais de toute façon, quel est l'intérêt de vouloir conquérir son autonomie par étapes ? Puisqu'on voit que :
1 - une petite installation PV diminue votre budget immobilier global de 5 ou 6.000 euros,
2 - une installation confortable ne demande que 800 euros de financement supplémentaire,
3 - vous n'aurez plus de factures par la suite...


Image
TABLEAU DES COÛTS DES ÉQUIPEMENTS ÉNERGÉTIQUES POUR UNE MAISON NEUVE


Importante réflexion : certains appareils électriques ne font pas "d'appels de puissance" (lampes, ordi, grille-pain, chauffe-eau), tandis que d'autres ont besoin de beaucoup d'électricité pour se lancer, comme le lave-linge, l'aspirateur, la scie, et cela représente pour quelques secondes jusqu'à trois fois la consommation nominale. Autrement dit, pour lancer un aspirateur de 1.000 watts, il faut que l'installation électrique soit capable de fournir 3 kW pendant un petit laps de temps. Cela implique que l'appareil s'occupant de la sortie du courant (le convertisseur, avec son onduleur qui crée le courant alternatif en 220 volts) soit bien dimensionné pour de tels appels de puissance. Une bonne installation PV doit être prévue pour distribuer 5 kW et plus en continu, même si les accumulateurs ne peuvent débiter cette puissance que pour un temps assez court, en fonction de leur ampérage total. Il faut donc que l'installation PV soit dimensionnée en terme de matériels électroniques pour une puissance d'utilisation ordinaire, celle d'une famille, même si les accus et les panneaux PV ne sont pas encore assez nombreux. Dans une configuration sérieuse (garantie 20 ans), pour un budget de 8 à 15.000 euros (Tva changeante selon l'installateur), le régulateur de charge et le convertisseur/onduleur/chargeur sont prévus à l'avance pour tenir un débit de 5 kW constant et direct. Pour passer de 10 à 20 panneaux, il n'en coûtera donc que 4 ou 5.000 euros de plus, sans avoir à changer ces matériels ce qui doublerait la facture. Avec 16 panneaux, soit 3.200 Wc de production par plein soleil, il deviendra possible de lancer le lave-linge, même s'il appelle 5 kW en instantané pour son démarrage. De même pour tous les appareils domestiques. Par la suite, on pourra augmenter parallèlement la capacité des batteries et celle des générateurs (panneaux). L'un puis l'autre tant il ne sert à rien d'avoir plein de batteries si on ne dispose pas des générateurs pour les remplir, et, à l'inverse, tant il n'est guère plus malin de disposer de grosse puissances de panneaux si on n'est pas équipé derrière pour en stocker le produit. Un panneau PV sans batterie s'arrête de rendre service dès que le soleil se couche, voyez !

Pour faire des économies quand même, des batteries de tracteur (d'occasion) peuvent remplacer les batteries sophistiquées souvent préconisées à l'installation. Il y a aussi les batteries d'élévateurs (Fenwick, Manitou, etc).On peut aussi acheter des panneaux bas de gamme et les remplacer au fur et à mesure des déficiences, sans sacrifier à la qualité de la partie électronique.

En attendant les panneaux supplémentaires, n'y a-t-il pas grand risque que, par temps couvert durant une semaine et avec seulement 15 panneaux, on ne parvienne pas à recharger suffisamment les accus pour retrouver nos 8.000 watts en stock ? Et bien si. Et c'est pourquoi le convertisseur que nous vous conseillons est un onduleur/convertisseur/chargeur sur lequel on peut connecter le 220 V du réseau ou un petit groupe électrogène, du style qu'utilisent les forains sur les marchés pour leurs camionnettes alimentaires. Ils sont silencieux et ne coûtent que 3 ou 400 euros avec démarrage électrique pour fournir 3 kW en continu, de quoi largement recharger nos batteries (en deux heures) ou faire tourner une machine de linge sale. 3 kW, c'est bien. Il ne faudrait pas faire fondre le régulateur de charge en le branchant sur un groupe trop puissant. 3kW en groupe électrogène, ça suffit pour vivre ordinairement comme l'a fait l'un de nos chers Ecoquiliens en 2012/2013 pendant tout son chantier en attendant son raccordement au réseau. Avec un onduleur/convertisseur/chargeur, vous ne resterez jamais en panne de courant et pourrez vivre avec tout le confort moderne. Par ailleurs, rien n'empêche, sauf la loi, d'alimenter votre maison en la raccordant chez le voisin si besoin, avec une grande grande rallonge bien épaisse. Je ne vous conseille pas de le faire, en vérité, mais bon...

Et, au fait, quand va-t-on pouvoir se les acheter les 4.000 euros de panneaux PV supplémentaires ? Ici, il faut prendre connaissance du tableau suivant que nous avons réalisé pour vous et qui permet de calculer le gain financier d'une installation électrique autonome. Les sommes mises en valeur le sont pour un gain sur 20 ans avec, il faut le souligner, un taux d'augmentation de la fourniture EDF arbitrairement très très bas, utopique. Au grand minimum, le gain sur 20 ans sera de 25.000 euros. Minimum, minimum en 20 ans, le temps habituellement compté pour la durée de vie d'une installation PV. Mais on constate, en Allemagne par exemple, que la plupart des panneaux ayant 20 ans sont encore en bonne forme aujourd'hui et que, malgré une petite perte de rendement de 10 à 15%, ils sont encore capables de fournir du courant pour dix ou vingt ans de plus. Pas de pièces d'usure, pas de mouvement, les panneaux photovoltaïques de qualité ont, dans la réalité, une durée de vie bien supérieure à ce qui est annoncé. Alors, avec 30 ans d'utilisation et un taux de progression des tarifs de 9%, on peut espérer épargner 80.000 euros.


Image
TABLEAU DES GAINS FINANCIERS


ET AVEC 20.000 EUROS DE PLUS...

Deux politiques sont possibles et celle que j'ai présentée ci-dessus, commune à la France et à l'Allemagne consiste à modérer le dimensionnement des capteurs qui, suffisants l'été, ont besoin d'être couplés au réseau pour bien fonctionner durant l'hiver. Au Pays-Bas par contre, les utilisateurs choisissent de couvrir tous les besoins, même en hiver, et les installations, plus grandes, fonctionnent donc au ralenti durant l'été. Cette seconde solution a l'avantage de ne pas faire appel à d'autres énergies, toutes malheureusement bien moins écologiques que le soleil. Dimensionner les capteurs pour l'autonomie en hiver reste un choix intéressant car, en France, les besoins sont vite couverts et ne demandent pas des installations si importantes que cela. Et puis, le surcoût en question reste proportionnel à celui du raccordement au réseau.

Certains industriels proposent des tuiles photovoltaïques qui s'intègrent directement en toiture, une autre solution possible. Comme ces tuiles remplacent la couverture, leur coût se voit diminué d'autant de pincées de tuiles, comme dirait Nougaro.

• • • • • • • • • • • • • • • • • •
PAGES SUIVANTES :
- L'eau chaude sanitaire
- Le réfrigérateur
- Profiter du jardin
- L'exemple californien
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- Le risque atomique
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ANNUAIRE :
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
 
 

 
Top