Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

panopv.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 18443726
Le bloc-béton

• • • • • • • • • • • • • •  • • •
FABRICATION LOCALE MAIS LES INGÉDIENTS, EUX, VOYAGENT !

Le bloc-béton est fabriqué par 400 petites entreprises locales, avec du gravier et du sable locaux. Ces deux matériaux exigent des moyens d'extraction tout à fait comparables à ceux mis en œuvre pour la plupart des briques, monomurs ou non. Par ailleurs, ces entreprises ne fabriquent presque jamais les 40% de ciment qu'elles emploient et elles le font donc transporter depuis d'autres usines plus éloignées. Quand ils annoncent que la création d'un bloc-béton ne demande pas de cuisson, c'est feindre d'ignorer que cette cuisson a eu lieu avant et ailleurs. Quand ils nous expliquent que le bloc-béton ne demande pas de transports, c'est un peu vrai puisqu'il est fabriqué par des entreprises très locales, et c'est un peu faux si l'on se souvient du transport du ciment jusqu'à leurs sites.


Fabrication locale, mais ça pèse tellement lourd !

Puis vient le transport vers le chantier, et on peut établir, avec un tableau précis, la comparaison des poids et volumes et donc des besoins de transport pour les matériaux de gros-œuvre d'une maison rectangulaire de près de cent mètres carrés, sachant qu'un camion de livraison portera dix tonnes environ et que, pour leur part, les isolants rapportés prennent beaucoup de place et de transport également.
.
Comparons :    

- Blocs-béton  + mortier de ciment et sable + isolant rappporté :
    3 camions        24 tonnes    dont environ     11 tonnes de ciment

- Briques d'argile ordinaires, mortier de ciment et sable, isolant :
    3 camions        24 tonnes    dont environ     1,5 tonne de ciment (8 fois moins)

- Briques monomurs d'argile porosée et colle :
    2 camions        16 tonnes    pas de ciment du tout

- Blocs monomurs de béton celllulaire et colle :
    1 camion        12 tonnes    dont environ     2 tonnes de ciment (5 fois moins)

- Bois ossature et enveloppes :
    1 camion        11 tonnes

Plus de 150.000 maisons de blocs-béton sont bâties chaque année en France, soit 450.000 livraisons sur chantier par camions, sans parler de l'approvisionnement des distributeurs... L'emploi de solutions réellement écologiques pour la construction peut aisément diviser ce chiffre par trois et épargner des millions de litres de gas-oil. Et ceci sans rien compter non plus des bâtiments collectifs, usines, etc. Alors, dire que le bloc-béton n'est pas gourmand en énergie est un mensonge. En ne comptant que sa fabrication locale, les communiquateurs ne se privent pas d'annoncer des contre-vérités.

Le bloc-béton n'isole absolument pas. Il faut lui rapporter une couche isolante, verre ou plastique, dont les déchets sont catastrophiques pour l'environnement et qui représente une autre (et importante) consommation d'énergie. Le verre en laine, le polystyrène expansé, le plâtre des plaques, etc sont produits soit à grand renfort de combustible dans des fours, soit à partir du pétrole lui-même, qu'il faut aller chercher loin, qui provoque des guerres, qui pollue l'environnement...

Nos décharges sont encombrées de déchets pour lesquels aucun recyclage n'est prévu. Que deviennent les centaines de milliers de tonnes de ces sandwichs de plâtre et polystyrène bien trop employés aujourd'hui ? Ils s'entassent dans des remblais qu'ils rendent instables, disparaissent dans des sols qu'ils empoisonnent, sont parfois brûlés en dégageant des gaz toxiques. Leurs composants de plastique demandent en général trois siècles pour disparaître de notre vue mais ils deviennent alors ingurgitables par les petits organismes et entrent dans la chaîne alimentaire jusqu'à faire périr des oiseaux, puis de petits mammifères. Le plastique est un poison pour l'environnement et un constructeur écologiste fera tout pour n'en employer que le strict nécessaire, c'est-à-dire pas du tout si l'on va au bout des choses. Et, vous verrez bientôt, nous connaîtrons bientôt une affaire de la laine de verre comme il y a eu une affaire de l'amiante.

Hélas, les murs du type bloc-béton avec une isolation rapporté à l'intérieur n'accumulent aucune chaleur. Lorsque l'on ouvre la fenêtre, l'air chaud s'échappe et c'est le chauffage et lui seul qui peut remonter la température. Absence totale d'inertie thermique.



PAGE SUIVANTE :
- "Étanche, mais bien trop..."

• • • • • • • • • • • • •
ARTICLE EN RELATION :
- "Écomatériaux, murs"
• • • • • • • • • • • • •
 
Top