Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

1chalteras.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 19000208
La chaux et les sables
• • • • • • • • • • • • •
UN MATÉRIAU SIMPLE POUR DE NOMBREUX USAGES

La chaux est un liant minéral hydraulique. La poudre de chaux redevient grosso-modo la pierre calcaire qu'elle était au départ, quand on lui rend l'eau retirée à sa fabrication. Avec la chaux, on reconstitue un minéral dur à la forme qui nous convient mais surtout capable de tenir solidement des éléments de construction en place, briques, blocs, pierres ou débris végétaux isolants. Au départ, du calcaire, roche courante, est extrait de carrières à ciel ouvert. Il est d'abord chauffé à un peu plus de mille degrés, un coût énergétique important, c'est sûr, et, sous l'effet de la chaleur, ce qui était de la roche, carbonate de calcium, se transforme en oxyde de calcium, dit chaux vive, extrêmement alcaline et donc corrosive. La chaux vive n'est d'ailleurs pas en vente libre car elle peut dissoudre un cadavre en quelques heures. On en trouve néanmoins dans les coopératives agricoles car les agriculteurs s'en servent parfois pour éliminer des petits animaux morts ou pour modifier l'acidité d'un sol. La chaux vive est un produit dangereux, principalement employé dans l'industrie et l'agriculture. En cas de mélange de chaux vive et d'eau en grandes quantités, la chaleur qui se dégage lors de la réaction est telle que ça peut bouillir et projeter de la chaux.

Il existe aussi de la chaux qui prend à l'eau et non à l'air, c'est la chaux hydraulique, et si elle se comporte différemment, c'est qu'elle est extraite d'autres roches calcaires et additionnée de silice, d'argile et d'oxyde de fer. Comme elle prend grâce à l'eau, elle durcit dans son temps de séchage et se montre donc pratique pour avancer rapidement dans les travaux de gros œuvre. Quant à la chaux hydraulique artificielle, encore plus dure mais moins pure et naturelle, on pourra la préférer pour solidifier les fondations ou pour bâtir des murs élevés ou soumis aux pressions du terrain.

On trouve donc sur le marché ces différentes formes de chaux et, selon la qualité recherchée, on préférera l'une ou l'autre. En résumé, pour du bâti qui doit garantir une grande solidité (fondations, murs de terrassement, etc) et/ou lorsque le mortier doit prendre vraiment rapidement (scellements), on choisira la chaux hydraulique. Pour des travaux de finition, d'isolation,  les enduits, les peintures et tous les travaux de qualité, on préférera la chaux aérienne. Elle devrait être obigatoire en restauration du patrimoine. Elle apporte ses qualités biotiques aux occupants des espaces bâtis. Elle convient tout autant à la création de chapes au sol, aux mortiers végétaux, aux murs de paille, etc.


La chaux aérienne

La chaux, c'est chaud... La chaux vive, oxyde de calcium, celle qui sort des fours, brrr... dangereuse comme de l'acide (sauf qu'elle est de l'autre côté, basique). Alors elle doit être éteinte et on le fait avec de l'eau. En pratique, l'hydratation de la chaux vive est faite de différentes façons. Ce sont des recettes, on rentre dans la cuisine, une cuisine ancestrale. Selon que l'on hydrate par aspersion, dans des mélangeurs, ou en immersion totale, on obtient des résultats différents. Si on plonge de la chaux vive dans le plein d'eau, on finit par obtenir de la chaux en pâte qui ne durcira plus qu'à l'air libre et pourra rester en pâte durant des mois et des années, en se bonifiant.

Dans le cas de l'hydratation en mélangeurs, on obtient, par une réaction chimique qui dégage beaucoup de chaleur, une volumineuse poudre bien blanche, l'hydroxyde de calcium, dite chaux hydratée, ou chaux aérienne éteinte. Éteinte juste assez pour être manipulable mais pas encore assez pour "être prise", ce qui se fera lors des travaux de mise en œuvre et bien au-delà. Comme la chaux aérienne éteinte n'est pas totalement éteinte, elle reste encore corrosive et continue à être gourmande en eau. Lunettes et longs gants obligatoires lors de la manipulation.

Nous en sommes donc à la chaux aérienne ou chaux grasse, désignée par les lettres CAEB pour "chaux aérienne éteinte du bâtiment", pure, naturelle, parfaite. Elle est aussi dénommée CL (Calcic Lime), c'est-à-dire chaux calcique. Plus la teneur en oxyde de calcium est élevée, plus la chaux est dite grasse. Elle pèse 500 kg/m³.

Les usages de la chaux aérienne sont nombreux. En France, la sidérurgie en consomme près d'un tiers : son ajout dans le métal en fusion permet l'élimination de certaines impuretés. La chaux aérienne est largement utilisée dans l'industrie pour sa capacité d'agglomération, on parle de "floculation". Dix pour cent de la chaux part ainsi dans le traitement des eaux usées pour stabiliser les boues. En agriculture, pour agglomérer des terrains argileux, rarement pour amender les terres, on en consomme encore 10%. Le double dans la stabilisation des remblais des routes et des travaux publics. Dans les incinérateurs, la chaux aérienne est utilisée pour neutraliser les fumées acides chargées en soufre et/ou en chlore.

Les propriétés d'absorption du gaz carbonique par la chaux aérienne sont mises à profit des appareils respiratoires en circuit fermé pour épurer le gaz expiré du dioxyde de carbone et permettre sa réutilisation avec un petit apport d'oxygène. Ces techniques sont utilisées aussi bien en anesthésie que pour fabriquer des masques à gaz en milieu dangereux. Les activités sous-marines utilisent également la chaux comme absorbeur de gaz carbonique.

Pour des enduits ou des mortiers, on la mélange avec du sable et de l'eau, et on obtient une pâte plus ou moins onctueuse qui, tant qu'elle restera mouillée, ne prendra pas. En effet, cette chaux est définie comme aérienne et c'est donc le dioxyde de carbone de l'air qui la fait durcir, pas uniquement l'eau. Un enduit de trois centimètres tiendra dès qu'il aura séché, c'est-à-dire quelques heures comme tout autre enduit, mais il ne durcira à cœur que grâce à sa réaction au gaz carbonique. La chaux carbonate avec le temps et c'est là qu'elle redevient la pierre qu'elle était, dans un enduit mural à raison de 1 cm par an environ.

Un des intérêts notables de la chaux aérienne, c'est qu'elle ne nuit pas aux pièces de bois qui la traversent. Une poutre de bois étouffe et pourrit dans le ciment quand elle se contente de durcir dans la chaux. Voilà un intérêt bien déterminant parfois, non ?

 
 
PAGES SUIVANTES :
- "L'art de la chaux."
- "Conseils de mise en œuvre de la chaux."
- "Les sables."
 

• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- "Les bétons isolants, le béton de chanvre".
- "Les blocs chaux/chanvre, isoler par l'extérieur ou l'intérieur".
- "Écomatériaux, murs"
• • • • • • • • • • • • • • • • • •
 
 
 
Top