Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

maisboisordin.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 19000128
L'eau : ressource vitale en danger

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
LES RISQUES DE L'EAU D'ADDUCTION

Lorsqu'un médecin voit un malade, il devrait d'abord lui demander comment est son logement, voire s'y rendre et y chercher des causes possibles de l'affection de son patient. Il lui serait alors possible de procéder à une vérification de l'eau du robinet, car ce ne sont pas les garanties offertes en matière de potabilisation qui prémunissent de tout problème. L'état du réseau et des canalisations est primordial et le traitement de l'eau laisse quand même à désirer, ne faisant rien contre les nitrates, pas grand-chose contre les métaux lourds et guère plus contre la dureté. L'eau de distribution peut engendrer une chronicité de petites intoxications conduisant à un mauvais état de santé général. Après l'analyse de l'eau, notre médecin pourrait s'intéresser à l'alimentation, puis à l'air, passer alors aux stress émotifs, et seulement enfin à des causes microbiennes, ceci pour établir un diagnostic qui ait la moindre chance de donner lieu à des soins durables. L'eau est le milieu général de toutes les transformations métaboliques et sa qualité est déterminante pour la santé. Heureusement, d'une façon générale et si l'on n'y regarde pas de trop près, l'eau du robinet en France est bonne. Elle s'améliore même d'année en année et les données de 2014 montrent que les personnes alimentées en une eau à peine potable vivent principalement dans des zones agricoles de grandes monocultures.

L'eau du robinet se montre même souvent plus saine que celle de grandes sources connues. 60% proviennent de réserves souterraines qui alimentent la quasi-totalité des communes françaises. Si 13% de l'eau distribuée n'est pas traitée du tout, le reste l'est plus ou moins. 53% sont simplement désinfectés, tandis que 34 subissent un traitement de potabilisation complet. Si bien qu'au robinet, le précieux liquide n'est plus aussi vivant qu'à son origine. À savoir que la chloration ou l'ozonisation, d'ailleurs nuisibles sur le long terme, détruisent l'organisation subtile de l'eau, élément très complexe et malléable. Ah, le chlore, le chlore ! C'est encore le prix à payer pour que l'eau ne présente pas de danger microbien et ne transmette plus le typhus, le choléra et tous les microbes fécaux provoquant les gastro-entérites. La garantie contre les infections est quasi totale, avec l'inconvénient d'un traitement qui endommage ses caractéristiques naturelles.

Chacun d'entre nous peut prendre des dispositions simples pour éviter de se faire du mal avec l'eau d'aujourd'hui. Je fais ci-dessous le tour de la question. Mais le mieux est encore de choisir l'implantation de sa résidence après s'être assuré de la qualité de l'eau locale, quitte à la faire analyser. Si vraiment elle s'avérait chargée en métaux lourds ou très polluée par les engrais, ou même désagréable au goût, ou pleine de becquerels à cause du radon, la question peut se poser du choix d'aller vivre ailleurs. Après tout, nous buvons de l'eau durant des années et la solution de l'eau en bouteille n'est pas garante de santé non plus car, par exemple, une minéralisation déséquilibrée est préjudiciable aux reins ou aux tissus artériels. Soumettre la localisation de son habitation à la qualité de l'eau peut paraître assez radical, et pourtant, pour moi, cela reste un facteur de choix important, comme le soleil ou le calme.


PAGES SUIVANTES :
- "Nitrates et pesticides"
- "Métaux, minéraux et produits chimiques"
- "La radioactivité"
- "Boire de l'eau en bouteilles"

• • • • • • • • • • • • • • • • • •
ARTICLES EN RELATION :
- "Economiser l'or bleu "
- "La récupération de l'eau de pluie"
- "La potabilisation et la vitalisation de l'eau"
- "L'assainissement"
- "Les toilettes sèches"
- "La phyto-épuration pour tous et autres  systèmes"
- "Les enjeux de l'or bleu"
• • • • • • • • • • • • • • • • • •



 
Top