Editions de La Pierre Verte

Tout sur l'Ecoquille

coll03.jpg

Utilisateur






Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous
Visiteurs: 19003404
2011-11 : Les isolants minces (alu), avis de l'Ademe

Extrait d'un article de "Bati Actu Environnement"

 

 

 

 

 

Isolants minces : l'Ademe rend son avis

L’Ademe, s’appuyant sur les résultats de deux études réalisées dans le cadre du programme national de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment, a rendu un avis concernant les isolants minces (PMR). Selon l’agence, ils devraient être utilisés en complément d’isolation thermique, une fois posés par des professionnels. Le Syndicat des fabricants d'isolants minces réagit.



Les Produits Minces Réfléchissants (PMR) se répandent sur le marché depuis plusieurs années, notamment sous l’appellation « isolants minces ». Leur conception est relativement simple : un matériau (fibre organique ou végétale, mousse plastique, bulles d’air) est enrobé de feuilles thermiques réfléchissantes qui réduisent les échanges par rayonnement en diminuant l’émissivité d’une des deux faces. L’épaisseur des PMR, entre 5 et 30 mm, leur permet d’être utilisés en isolation de parois verticales, de toitures ou de planchers et en écrans sous toiture. Leurs performances thermiques effective ont été étudiées dans le cadre de deux études, menées en 2007, pour le PREBAT (Programme de Recherche et d’Expérimentation sur l’énergie dans le Bâtiment) : l’une a été dirigée par l’Ecole des Mines de Paris et le CSTB, tandis que l’autre l’a été par le fabricant KDB Isolation associé au CNRS. Leurs résultats, convergents, ont montré qu’une utilisation des isolants minces, seuls, ne permettait pas d’atteindre les niveaux requis par la réglementation. Les PMR seraient donc à utiliser en complément d’une isolation thermique épaisse.



En effet, les performances des isolants minces sont généralement deux à trois fois inférieures aux exigences thermiques, notamment en période froide. Une pose en mur ou en toiture, d’un PMR courant de 2 centimètres d’épaisseur associé à deux lames d’air adjacentes étanches de même épaisseur chacune (au minimum), donne un coefficient de résistance thermique R = 2 m².K/W avec les technologies actuelles. Un résultat équivalent à celui d’un isolant classique de 6 cm d’épaisseur. De plus, les calculs ont été effectués dans des cas favorables (pose bien réalisée). Toute altération d’un ou plusieurs paramètres entraîne invariablement une chute des performances thermiques de la paroi considérée.

De l’importance d’une pose précise et soignée
Lorsque la pose est bien réalisée, par des professionnels, les PMR peuvent être utilisés comme compléments d’isolation. Leur faible épaisseur facilite leur emploi dans des espaces restreints (combles). La plupart des films de ce type étant très étanches à la vapeur d’eau, ils peuvent même constituer des pare-vapeurs du côté intérieur des parois. Cependant, l’absence de lame d’air ventilée en sous-face pourrait favoriser la condensation intérieure avec tous les risques que cela comporte (dégradation de la paroi, impact sanitaire). La pose doit donc impérativement s’accompagner d’une ventilation en sous-face de l’isolant.
 
Top